Home » Auteurs Classiques » René Descartes

Les 3 Meilleurs Livres de René Descartes Gratuits !

Descartes est né le 31 mars 1596 à La Haye en Touraine, une petite ville du centre de la France, qui a depuis été rebaptisée du nom de son fils le plus célèbre. Il était le plus jeune de trois enfants et sa mère, Jeanne Brochard, est décédée au cours de sa première année de vie.

Leur père, Joachim, membre du conseil parlementaire provincial, a envoyé les enfants chez leur grand-mère maternelle, où ils sont restés même après son remariage quelques années plus tard. Mais il est très soucieux d’une bonne éducation et envoie René, âgé de 8 ans, en pension au collège jésuite Henri IV à La Flèche, à plusieurs kilomètres au nord, pendant sept ans.

Descartes était un bon élève, bien que l’on pense qu’il ait pu être malade, car il n’avait pas à respecter l’horaire rigoureux de l’école et était autorisé à se reposer au lit jusqu’au milieu de la matinée. Les matières qu’il a étudiées, telles que la rhétorique et la logique et les « arts mathématiques », qui comprennent la musique et l’astronomie, ainsi que la métaphysique, la philosophie naturelle et l’éthique, l’ont bien préparé à son avenir de philosophe.

Il a également passé les quatre années suivantes à obtenir un diplôme de droit à l’université de Poitiers. Certains chercheurs pensent qu’il aurait fait une dépression nerveuse à cette époque.

Plus tard, Descartes a ajouté la théologie et la médecine à ses études. Mais il a évité tout cela, « résolvant de ne chercher aucune autre connaissance que celle que je pourrais trouver en moi-même ou dans le grand livre du monde », a-t-il écrit bien plus tard dans le Discours de la méthode de conduire correctement la raison et de chercher la vérité dans les sciences, publié en 1637.

Il a donc voyagé, s’est engagé dans l’armée pendant une courte période, a assisté à quelques batailles et a été présenté au scientifique et philosophe néerlandais Isaac Beeckman, qui allait devenir pour Descartes un professeur très influent. Un an après avoir obtenu son diplôme à Poitiers, Descartes attribue à une série de trois rêves ou visions puissants la détermination du cours de ses études pour le reste de sa vie.

Descartes est considéré par beaucoup comme le père de la philosophie moderne, car ses idées s’écartent largement de la conception courante au début du 17e siècle, qui était davantage basée sur les sentiments. Si les éléments de sa philosophie ne sont pas entièrement nouveaux, son approche l’est.

Descartes croyait fondamentalement qu’il fallait tout effacer, toutes les notions préconçues et héritées, et repartir à zéro, en revenant une à une aux vraies choses, ce qui, pour lui, commençait par l’affirmation « j’existe ». De là est née sa citation la plus célèbre : « Je crois, donc je suis ».

Comme Descartes croyait que toutes les vérités étaient finalement liées, il a cherché à découvrir le sens du monde naturel par une approche rationnelle, à travers la science et les mathématiques, en quelque sorte une extension de l’approche que Sir Francis Bacon avait affirmée en Angleterre quelques décennies plus tôt.

Outre le Discours de la méthode, Descartes a également publié les Méditations sur la première philosophie et les Principes de la philosophie, entre autres traités.

Bien que la philosophie soit en grande partie le domaine dans lequel le XXe siècle a déposé Descartes, ses recherches en physique théorique ont conduit de nombreux chercheurs à le considérer d’abord comme un mathématicien.

Il a introduit la géométrie cartésienne, qui intègre l’algèbre ; grâce à ses lois de la réfraction, il a développé une compréhension empirique des arcs-en-ciel ; et il a proposé un récit naturaliste de la formation du système solaire, bien qu’il ait eu l’impression de devoir en supprimer une grande partie en raison du sort réservé à Galilée par l’Inquisition. Son inquiétude n’était pas déplacée : le pape Alexandre VII a ensuite ajouté les œuvres de Descartes à l’index des livres interdits.

Descartes ne s’est jamais marié, mais il a eu une fille, Francine, née aux Pays-Bas en 1635. Il s’y était installé en 1628 parce que la vie en France était trop animée pour qu’il puisse se concentrer sur son travail, et la mère de Francine était servante dans la maison où il logeait. Il avait prévu d’éduquer l’enfant en France, l’ayant fait vivre chez des parents, mais elle est morte de fièvre à l’âge de 5 ans.

Descartes a vécu aux Pays-Bas pendant plus de 20 ans, mais il est mort à Stockholm, en Suède, le 11 février 1650. Il s’y était installé moins d’un an auparavant, à la demande de la reine Christine, pour devenir son tuteur en philosophie.

1) Discours de la méthode

Le Discours de la méthode, dont le titre complet est "Discours sur la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences", est l'œuvre majeure écrite par René Descartes et une œuvre fondamentale de la philosophie occidentale ayant des implications sur le développement de la philosophie et de la science.

Il a été publié anonymement à Leyde (Hollande) en 1637. Il s'agissait, en fait, du prologue de trois essais : Dioptrique, Météores et Géométrie, regroupés sous le titre commun d'Essais philosophiques.

Descartes a appelé cet ouvrage Discours de la méthode dans un but précis. Dans une lettre qu'il a écrite à Marin Mersenne, il explique qu'il l'a appelé Discours et non Traité pour montrer qu'il n'avait pas l'intention d'enseigner, mais seulement de parler.

2) Méditations

Méditations, dont le titre complet est "Méditations métaphysiques dans lesquelles l'existence de Dieu et l'immortalité de l'âme sont démontrées", est un ouvrage publié pour la première fois en 1641, en latin, sous le titre Meditationes de prima philosophia, in qua Dei existentia et animæ immortalitas demonstrantur.

L'ouvrage comprend six méditations :

Première méditation : sur les choses dont on peut douter.

Deuxième méditation : Sur la nature de l'esprit humain ; savoir que le corps.

Troisième méditation : sur Dieu ; qu'il existe.

Quatrième méditation : Sur le vrai et le faux.

Cinquième méditation : sur l'essence des choses matérielles ; et encore sur l'existence de Dieu.

Sixième méditation : sur l'existence des choses matérielles, et sur la distinction réelle entre l'âme et le corps.

3) Les passions de l'âme

Les passions de l'âme est la dernière œuvre publiée de l'auteur d'origine française, achevée en 1649 et dédiée à la reine Christine de Suède.

L'auteur contribue à une longue tradition de théorisation des "passions". Les passions étaient des expériences aujourd'hui communément appelées émotions à l'époque moderne, et faisaient l'objet de débats entre les philosophes naturels depuis l'époque de Platon.

En 1643, Descartes entame une correspondance prolifique avec la princesse Elisabeth de Bohême et du Palatinat, dans laquelle il répond à ses questions morales, notamment sur la nature du bonheur, les passions et l'éthique. Les Passions de l'âme ont été écrites comme une synthèse de cet échange de lettres entre l'auteur et la reine.