Home » Auteurs Classiques » Aristote

Les 13 Meilleurs Livres d’Aristote Gratuits !

Aristote est né vers 384 avant J.-C. à Stagira, une petite ville de la côte nord de la Grèce qui était autrefois un port maritime.

Le père d’Aristote, Nicomaque, était médecin de la cour du roi macédonien Amyntas II. Bien que Nicomaque soit mort alors qu’Aristote n’était qu’un enfant, Aristote est resté étroitement lié à la cour macédonienne et influencé par elle pendant le reste de sa vie. On sait peu de choses sur sa mère, Phaestis, qui serait morte alors qu’Aristote était jeune.

Après la mort du père d’Aristote, Proxénus d’Atarne, qui était marié à la sœur aînée d’Aristote, Arimneste, devint le tuteur d’Aristote jusqu’à sa majorité. Lorsqu’Aristote a eu 17 ans, Proxénus l’a envoyé à Athènes pour poursuivre des études supérieures.

Aristote s’inscrit à l’Académie de Platon, la principale institution d’enseignement grecque, et se révèle être un érudit exemplaire. Il a entretenu une relation avec le philosophe grec Platon, lui-même élève de Socrate, et son académie pendant deux décennies.

Après la mort de Platon, l’ami d’Aristote, Hermias, roi d’Atarneus et d’Assos en Mysie, l’invite à la cour. Pendant son séjour de trois ans en Mysie, Aristote rencontre et épouse sa première femme, Pythias, la nièce du roi Hermias. Ensemble, le couple a eu une fille, Pythias, qui porte le nom de sa mère.

En 335 av. J.-C., Pythias meurt. Peu après, Aristote a entamé une liaison avec une femme nommée Herpyllis, originaire de sa ville natale de Stagira. Herpyllis est connue pour avoir eu des enfants d’Aristote, dont un fils nommé Nicomaque, d’après le père d’Aristote.

En 338 avant J.-C., Aristote est rentré en Macédoine pour commencer à enseigner au fils du roi Philippe II, Alexandre le Grand, alors âgé de 13 ans. Philippe et Alexandre tenaient Aristote en haute estime et veillaient à ce que la cour de Macédoine le rémunère largement pour son travail.

En 335 avant J.-C., après qu’Alexandre a succédé à son père comme roi et a conquis Athènes, Aristote est retourné dans la ville. Avec la permission d’Alexandre, il a créé sa propre école à Athènes, appelée le Lyceum. Il y passe la majeure partie du reste de sa vie, travaillant comme enseignant, chercheur et écrivain, jusqu’à la mort de son ancien élève Alexandre le Grand.

Les membres du Lyceum ont fait des recherches sur presque tous les sujets. Ils ont consigné leurs découvertes dans des manuscrits et ont ainsi constitué l’énorme collection de documents écrits de l’école, qui, selon les récits anciens, était considérée comme l’une des premières grandes bibliothèques.

Lorsque Alexandre le Grand meurt subitement en 323 avant J.-C., le gouvernement pro-macédonien est renversé et, à la lumière du sentiment anti-macédonien, Aristote est accusé d’impiété pour son association avec son ancien élève et la cour macédonienne.

Pour éviter les poursuites et l’exécution, il quitte Athènes et se réfugie à Chalcis, sur l’île d’Eubée, où il reste jusqu’à sa mort un an plus tard, en 322 avant J.-C., a cause d’une maladie des organes digestifs.

1) Poétique

La Poétique est le plus ancien ouvrage de théorie dramatique et le premier traité philosophique existant à se concentrer sur la théorie littéraire.

Aristote y propose une description de ce qu'il appelle la "poésie" (un terme dérivé d'un terme grec classique, ποιητής, qui signifie "poète ; auteur ; créateur" et qui, dans ce contexte, inclut le drame en vers : la comédie, la tragédie et la pièce de satyre, ainsi que la poésie lyrique et la poésie épique). Elles sont similaires en ce qu'elles sont toutes des imitations, mais différentes par les trois formes décrites par Aristote :

Différences dans le rythme musical, l'harmonie, le mètre et la mélodie. Différence dans la bonté des personnages. Différence dans la manière de présenter le récit : raconter une histoire ou la jouer.

2) Éthique à Nicomaque

Éthique à Nicomaque est le nom que l'on donne habituellement à l'œuvre "éthique" la plus connue d'Aristote. L'ouvrage, qui joue un rôle prééminent dans la définition de l'éthique aristotélicienne, se compose de dix livres, à l'origine des rouleaux séparés, et est considéré comme basé sur les notes de ses conférences au Lycée.

On suppose souvent que le titre fait référence à son fils Nicomachus, à qui l'ouvrage a été dédié ou qui l'a peut-être édité (bien que son jeune âge rende cette hypothèse moins probable). Il est également possible que l'œuvre ait été dédiée à son père, qui s'appelait également Nicomachus.

3) Métaphysique

La Métaphysique est l'une des œuvres majeures d'Aristote et le premier ouvrage important de la branche de la philosophie portant le même nom. Le thème principal est "ser qua ser", ou l'être dans la mesure où il est l'être.

Elle examine ce que l'on peut affirmer à propos de tout être dans la mesure où il est et non en raison des qualités particulières qu'il possède. Il aborde également différents types de causalité, la forme et la matière, l'existence d'objets mathématiques et un Dieu du premier mouvement.

4) Politique

La Politique est un ouvrage de philosophie politique.

La fin de l'Éthique à Nicomaque déclarait que l'enquête sur l'éthique suit nécessairement la politique, et les deux ouvrages sont souvent considérés comme faisant partie d'un traité plus vaste, ou peut-être de conférences reliées entre elles, traitant de la "philosophie des affaires humaines". Le titre de Politique signifie littéralement "choses relatives à la polis".

La Politique d'Aristote est divisée en huit livres, chacun d'entre eux étant divisé en chapitres. Les citations de cet ouvrage, comme pour le reste des œuvres d'Aristote, se font souvent par référence aux numéros de section de Bekker. La politique couvre les articles 1252a à 1342b de Bekker.

5) De l'âme

De l'âme est un important traité écrit en 350 avant J.-C. Bien que son sujet soit l'âme, il ne s'agit pas de spiritualité, mais d'un ouvrage sur ce qui pourrait être décrit comme la biopsychologie, une description de la psychologie dans un cadre biologique.

Sa discussion porte sur les types d'âmes possédées par différents types d'êtres vivants, qui se distinguent par leurs différentes opérations. Ainsi, les plantes ont la capacité de se nourrir et de se reproduire, le minimum que doit posséder tout type d'organisme vivant. Les animaux inférieurs possèdent, en outre, les pouvoirs de perception sensorielle et d'automouvement (action). Les humains ont tout cela en plus de l'intellect.

6) De la génération et de la corruption

De la génération et de la corruption, également connu sous le nom de "On Coming to Be and Passing Away", est un traité d'Aristote. Comme beaucoup de ses textes, il est scientifique, basé sur la biologie d'Aristote, et philosophique. La philosophie est essentiellement empirique ; comme dans toutes les œuvres d'Aristote, les déductions faites sur l'inexpérience et l'inobservable sont basées sur des observations et des expériences réelles.

La question posée au début du texte est basée sur une idée tirée de l'œuvre antérieure d'Aristote, la "Physique". Il s'agit de savoir si les choses naissent de causes, d'un matériau primaire, ou si tout est généré par une simple "altération".

7) Catégories

Les Catégories est un texte de l'Organon d'Aristote qui énumère toutes les sortes de choses possibles qui peuvent être le sujet ou le prédicat d'une proposition. Elles sont "peut-être la plus discutée de toutes les notions aristotéliciennes".

L'ouvrage est suffisamment court pour être divisé, non pas en livres, comme il est d'usage pour les œuvres d'Aristote, mais en quinze chapitres.

Les Catégories placent chaque objet de l'appréhension humaine dans l'une des dix catégories (connues des auteurs médiévaux sous le terme latin praedicamenta). Aristote voulait qu'ils énumèrent tout ce qui peut être exprimé sans composition ou structure, donc tout ce qui peut être le sujet ou le prédicat d'une proposition.

8) Météorologie

La Météorologie est un traité. Le texte traite de ce qu'Aristote croyait être toutes les affections communes de l'air et de l'eau, ainsi que des genres et parties de la terre et des affections de ses parties. Il comprend les premiers comptes rendus sur l'évaporation de l'eau, les tremblements de terre et d'autres phénomènes climatiques.

Un compendium arabe de météorologie, appelé al-`Athar al-`Ulwiyyah et produit vers 800 de notre ère par le savant antiochien Yahya ibn al-Bitriq, a été largement diffusé parmi les savants musulmans au cours des siècles suivants. Elle a été traduite en latin par Gérard de Crémone au XIIe siècle et c'est par ce biais, au cours de la Renaissance du XIIe siècle, qu'elle est entrée dans le monde de la scolastique médiévale en Europe occidentale. La "vieille traduction" (vetus translatio) de Gérard a été remplacée par un texte amélioré de Guillaume de Moerbeke, la nova translatio, qui a été largement lu, puisqu'il subsiste dans de nombreux manuscrits.

9) Rhétorique

La Rhétorique d'Aristote est un ancien traité grec sur l'art de la persuasion, datant du 4e siècle avant J.-C. Le titre en anglais varie : il est généralement intitulé Rhetoric, the Art of Rhetoric, rhetoric, ou a treatise on rhetoric.

On attribue généralement à Aristote l'élaboration des fondements du système de rhétorique qui "a ensuite servi de pierre de touche", influençant le développement de la théorie rhétorique de l'Antiquité à l'époque moderne. Rhétorique est considéré par la plupart des rhétoriciens comme "l'ouvrage le plus important jamais écrit sur la persuasion".

10) Sur le ciel

Sur le ciel est le principal traité cosmologique d'Aristote : écrit en 350 avant J.-C., il contient sa théorie astronomique et ses idées sur le fonctionnement concret du monde terrestre. Il ne faut pas le confondre avec l'ouvrage fallacieux On the Universe (également connu sous le nom de On the Cosmos).

Selon Aristote dans Sur le ciel, les corps célestes sont les réalités (ou "substances") les plus parfaites, dont les mouvements sont régis par des principes différents de ceux des corps de la sphère sublunaire. Ces derniers sont composés d'un ou de tous les quatre éléments classiques (terre, eau, air, feu) et sont périssables ; mais la matière dont sont faits les cieux est un éther impérissable, de sorte qu'ils ne sont pas sujets à la génération et à la corruption.

11) Physique

La Physique est un texte nommé, écrit en grec ancien, compilé à partir d'une collection de manuscrits subsistants connue sous le nom de Corpus Aristotelicum, attribuée à Aristote.

Il s'agit d'une collection de traités ou de leçons traitant des principes plus généraux (philosophiques) des choses naturelles ou en mouvement, vivantes ou non, plutôt que des théories physiques (au sens moderne) ou des enquêtes sur le contenu particulier de l'univers.

L'objectif principal de ce travail est de découvrir les principes et les causes (et pas seulement de décrire) du changement, du mouvement ou du déplacement, notamment celui de toutes les choses naturelles (principalement les êtres vivants, mais aussi toutes les choses inanimées comme le cosmos).

12) La grande moralité

La grande moralité ou "Magna moralia", abrégé en MM, est le titre latin de l'ouvrage attribué à Aristote. L'ouvrage est plus court que les deux autres traités d'éthique d'Aristote, "l'Éthique à Eudème" et "l'Éthique à Nicomaque", et ne comporte que deux livres.

Dans le livre I, il est soutenu que la morale fait partie et est le principe de la politique, et que le bien suprême pour l'être humain n'est pas le bien en général, ni le bien divin, mais un bien concret qui se trouve à l'intérieur de chaque être, qui n'est autre que le bonheur de l'être humain, qui est un bien complet en soi.

Dans le livre II, l'œuvre étudie le plaisir, la bonne fortune et l'amitié.

13) La Politique

La Politique est un ouvrage de philosophie politique.

La fin de l'Éthique à Nicomaque déclarait que l'enquête sur l'éthique suit nécessairement la politique, et les deux ouvrages sont souvent considérés comme faisant partie d'un traité plus vaste, ou peut-être de conférences reliées entre elles, traitant de la "philosophie des affaires humaines". Le titre de Politique signifie littéralement "choses relatives à la polis".

La Politique d'Aristote est divisée en huit livres, chacun d'entre eux étant divisé en chapitres. Les citations de cet ouvrage, comme pour le reste des œuvres d'Aristote, se font souvent par référence aux numéros de section de Bekker. La politique couvre les articles 1252a à 1342b de Bekker.

14) Réfutations sophistiques

Réfutations sophistiques est un texte de l'Organon d'Aristote dans lequel il identifie treize sophismes. Selon Aristote, il s'agit du premier ouvrage à traiter du sujet du raisonnement déductif. Les sophismes qu'Aristote identifie sont les suivants :

Fallacies in language (en dictione), Equivoque, Amphibologie, Composition, Division, Accent, Figure de rhétorique ou forme d'expression, Les sophismes qui ne sont pas dans la langue (dictionem extra), Accident, Secundum quid, Conclusion non pertinente, Mots, Fausse cause, Affirmer le conséquent, L'erreur des nombreuses questions.